<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Klutse A. et B. Baleux. (1995) Élimination des oeufs de nématodes et des kystes de protozoaires des eaux usées domestiques par lagunage à microphytes en zone soudano-sahélienne. Rev. Sci. Eau 8 (4) : 563-577.

Texte intégral (PDF)

Résumé

La station expérimentale pilote d'épuration des eaux usées par lagunage de l'École Inter-États d'Ingénieurs de l'Équipement Rural (EIER), Ouagadougou, Burkina Faso, reçoit les eaux usées des bâtiments administratifs et de l'internat des étudiants. Dans les eaux usées brutes, des oeufs d'helminthes (Ascaris lumbricoides, Ankylostoma duodenale), des kystes de protozoaires (Entamoeba coli, Entamoeba histolytica) et des larves d'Anguillule ont été mis en évidence.

Avec un temps de séjour de 16,4 jours dans les bassins de lagunage (2 à 3 heures dans le décanteur, 3,4 jours dans le premier bassin, 13 jours dans le deuxième bassin), les kystes d'Entamoeba coli et d' Entamoeba histolytica sont éliminés respectivement à 94 et 96 %, les oeufs d'Ascaris lumbricoides à 100%, les oeufs d'Ankylostoma duodenale à 90 % et les larves d'Anguillule à 92 %. Quand on considère tous les parasites confondus, le décanteur a un rendement éliminatoire de 33 %, le premier bassin 62 % (malgré la forte charge appliquée), le deuxième bassin 78 %. Le rendement global obtenu pour l'ensemble des parasites est de 94 %.

Si les évolutions des concentrations des parasites fluctuent dans le temps, il y a une différence très significative entre les concentrations obtenues en sortie du lagunage et celles des eaux usées brutes.

On a constaté l'absence des oeufs d'Ascaris lumbricoides pendant toute la période de l'étude ; il en a été de même pour les oeufs d'Ankylostoma duodenale durant une période de 10 mois. Par conséquent, les eaux usées épurées rejetées répondent aux recommandations de l'OMS quant à leur réutilisation agricole.

La mise en place des systèmes rustiques d'épuration des eaux usées dans les pays en voie de développement, surtout dans les zones où les ressources en eau sont limitées, pourrait contribuer sensiblement à la diminution des risques sanitaires liés aux pratiques courantes de réutilisation agricole des eaux usées en agriculture.

Mots clés

Traitement eaux usées, lagunage à microphytes, parasites, Ascaris lumbricoides, Ankylostoma duodenale, Entamoeba coli, Entamoeba histolytica, Anguillule, rendement épuratoire, zone soudano-sahélienne, Burkina Faso.

Correspondance

A. Klutse, École Inter-États d'Ingénieurs de l'Équipement Rural, 03 B.P., 7023 Ouagadougou 03, BURKINA FASO

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement