<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Bazie P., B. Dieng et P. Ackerer. (1995) Bilan des transferts verticaux d'eau en zone non-saturée sous climat soudano-sahélien: application à l'estimation de la recharge des nappes. Rev. Sci. Eau 8 (2) : 237-260.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Une estimation précise de la recharge des nappes est indispensable pour une gestion optimale des ressources en eaux souterraines. Plusieurs méthodes ont été mises au point en région soudano-sahélienne pour son évaluation, méthodes conduisant à des résultats très disparates compte tenu de la variabilité des propriétés du milieux et de la conception même des outils d'évaluation utilisés. Le travail présenté est une contribution à l'amélioration de la compréhension de la dyna- mique hydrique à l'échelle d'une parcelle.

A partir d'un dispositif de mesure tensio-neutronique installé aussi bien dans le sol non remanié que dans des lysimètres constitués de sols reconstruits sur une profondeur de 7 m, une étude qualitative et quantitative de ces mécanismes d'infiltration et d'évaporation dans les niveaux d'altération des roches cristallines constituant la zone non-saturée, a été menée sur un site expérimental de l'École Inter-États d'Ingénieurs de l'Équipement Rural (EIER) à Ouagadougou (Burkina Faso).

Elle a permis de:

  • localiser et décrire la dynamique de l'eau dans les différentes tranches de sol concernées par les processus d'humectation et d'assèchement;
  • estimer la profondeur de reprise de l'eau par évaporation et les quantités d'eau mises en jeu à différentes profondeurs;
  • réévaluer la réserve en eau du sol, c'est-à-dire la lame d'eau qu'il faut restituer au sol avant qu'il y ait recharge, en tenant compte de la profondeur d'échange entre le sol et l'atmosphère. Les résultats montrent que cette réserve, généralement calculée sur des bases agro-pédologiques, est très sous-estimée pour des applications hydrogéologique

Mots clés

Infiltration, recharge de nappe, sol non-saturé.

Correspondance

P. Bazie, École Inter-États d'Ingénieurs de l'Équipement Rural, Ouagadougou, BURKINA FASO

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement