<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Lafont M.C., N. Pebere, F. Moran et P. Blériot. (1995). Effet inhibiteur à la longues chaînes et de dérivés thiazolés sur la corrosion du laiton Amirauté. Rev. Sci. Eau 8 (1) : 57-75.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Dans cette étude, des mesures électrochimiques ont été réalisées pour caractériser le comportement du laiton Amirauté dans une solution de chlorure de sodium 0,5 M en l'absence d'inhibiteur et en présence d'un mélange d'amines à longue chaîne et de dérivés thiazolés. Cette formulation est utilisée pour le traitement des eaux des circuits de refroidissement.

Les courbes courant-tension stationnaires et les diagrammes d'impédance électrochimique ont été obtenus avec une electrode tournante.

La première partie de cette étude présente les résultats obtenus pour deux concentrations du mélange et deux temps d'immersion préalable au potentiel de corrosion. Les essais électrochimiques montrent que l'effet inhibiteur est d'autant plus marqué que la concentration augmente. Une légère diminution de la protection de la surface du laiton Amirauté est observée avec l'augmentation du temps de maintien au potentiel de corrosion.

La deuxième partie de l'étude compare les effets inhibiteurs de chacun des constituants du mélange, d'une part, pour les valeurs de concentration utilisées lors du traitement des eaux des circuits de refroidissement (0,1 mg/l de solution contenant les dérivés thiazolés et 1 mg/l de solution contenant les alkylamines) et, d'autre part, pour des valeurs de concentration comparables (5 mg/l).

Pour la concentration de 0,1 mg/l l'action inhibitrice des dérivés thiazolés n'a pas été clairement mise en évidence. Ainsi, la protection contre la corrosion des circuits de refroidissement en laiton Amirauté avec le mélange est apportée principalement par les alkylamines. Celles-ci forment un film compact très protecteur à la surface de l'électrode.

Pour des valeurs de concentration plus importantes, l'addition de 0,5 mg/l de dérivés thiazolés à 5 mg/l d'alkylamines améliore la protection du matériau.

Mots clés

Corrosion, inhibition, laiton, méthodes électrochimiques, amines à longue chaîne, dérivés thiazolés, traitement de l'eau.

Correspondance

N. Pebere, URA CNRS 445, Laboratoire des Matériaux Équipe de Métallurgie Physique, ENSCT, 118 route de Narbonne, 31077 Toulouse Cedex, France

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement