<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Rebillard, J.P. et M. Torre (1993). Numération bactérienne en épifluorescence par la méthode couplée DAPI-INT : application à un cas concret. Rev. Sci. Eau, 6 (2) : 153-174.

Texte intégral (PDF)

 

Résumé

Un protocole simple de coloration par la méthode couplée DAPI-INT en microscopie à épifluorescence, associé à une lecture des préparations par caméra et vidéo-Imprimante, permet la mesure de paramètres biologiques impliqués directement dans les processus de dégradation de la matière organique en rivière : numérations de microflore totale, nombre de cellules physiologiquement actives (réduisant l'INT), nombre de cellules avec réserves de PHB, dimensions cellulaires et répartition en classes de taille aboutissant à l'évaluation de la biomasse carbonée.

Tous les comptages et mesures sont réalisés à partir de clichés d'imprimante thermique, ce qui assure une reproductibilité et une comparaison entre échantillons plus objective qu'à partir de seules observations directes.

Cette méthode permet de différer soit les comptages (échantillons fixés au formol après incubation à l'INT), soit surtout les mesures de dimensions cellulaires (archivage des clichés pour une exploitation ultérieure).

Son application au cas de la rivière Charente montre une évolution particulière de la biomasse bactérienne en aval des rejets de l'agglomération d'Angoulême. La mise en évidence de cellules de grande taille (biovolume moyen de 0,3 µm3) et d'une population plus active pourrait traduire une modification physiologique de micro-organismes autochtones réagissant à des conditions de milieu particulières (rejets d'effluents carencés en azote).

Mots clés

Méthodologie, fluorescence, activité bactérienne, DAPI, INT, biomasse, facteurs de conversion.

Correspondance

Rebillard, J.P., Agence de l'Eau ADOUR-GARONNE, 90, rue du Férétra, F 31078 Toulouse Cedex

English    Imprimer          Envoyer par e-mail