<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Gil Corsico, J.A. et M.G. Vaz Carreiro (1992). Modalités de contamination du crustacé planctonique Daphnia magna Straus avec le 134Cs. Etudes de la fixation et de la rétention. Rev. Sci. Eau, 5 (3) : 381-397.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Une étude concernant le transfert du césium radioactif dans une chaîne trophique simplifiée d'eau douce, a été réalisée dans le cadre des Contrats (CCE) n° BI6-B-198-P et n° BI6-0245-P. Les objectifs étaient la connaissance de la radioécologie du fleuve Tejo (Tage) et le comportement du césium radioactif dans un écosystème naturel. Dans le présent document, sont présentées l'accumulation par voies différentes et la rétention du 134Cs par Daphnia magna Straus (Crustacea, Cladocera).

L'accumulation directe à partir de l'eau du fleuve contaminée avec du 134Cs, a été effectuée avec une concentration initiale, approximative de 10 Bq ml-1. Le facteur de concentration (FC), rapporté au poids frais des daphnies, a évolué selon la fonction : FC(t) = 57,4 (1 - e-0,275t), avec le temps (t) en jours.

L'élimination du radionucléide est exprimée par la fonction de rétention : R(t) = 8,5e-12,211 t + 91,5e-0.441t, qui indique donc deux périodes biologiques, Tb1 = 0,06 jour et Tb2 =1,6 jours.

Quand la contamination de D. magna se réalise à partir de la nourriture (Selenastrum capricornutum) contaminée au 134Cs,le facteur de transfert trophique suit la fonction : F T (t) = 5, 1 (1 - e-0,245t).

Dans ce cas, le processus de rétention est représenté par une fonction exponentielle à un seul terme : R(t) . 100 e-0,410t et correspond donc à une seule période biologique, Tb = 1,7 jour.

La contamination simultanée par les deux vecteurs semble montrer que la voie de contamination la plus importante est le transfert à partir de l'eau. Etant donné que la concentration cellulaire et la concentration en 134Cs de la microalgue S. capricorrrutum étaient approximativement stabilisées, la nourriture n'a été responsable que de 28,5 ± 8,3 % de la concentration du radionucléide dans D. magna.

En ce qui concerne l'étude de la rétention, on observe que, pour la contamination par l'eau, la période biologique la plus courte doit correspondre à une désorption au niveau des surfaces, tandis que la période la plus longue doit correspondre à l'élimination du 134Cs assimilé. La rétention consécutive à la fixation par l'ingestion de nourriture contaminé, conduit à une seule période biologique, qui ressemble beaucoup à la période longue du premier cas.

Mots clés

Accumulation, rétention, voies de contamination, crustacea, cladocera, 134Cs.

Correspondance

Gil Corsico, J.A. Oepartamento de Protecçao e Segurança Radioldgica, Laboratôrio Nacional de Engenhaiia e Tecnologia Indus - trial, Estrada Nacional 10, 2685 Savavem, Portugal

Téléphone : (1) 9550021 / Télécopieur : (1) 9550117

English    Imprimer          Envoyer par e-mail