<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Chassard-Bouchaud, C., Galle, Ch. et E. Lopez-Rabereau (1992). Bioaccumulation d'aluminium chez la truite Salmo truffa fario soumise au retombées des pluies acides : étude structurale, ultrastructurale et microanalytique. Rev. Sci. Eau, 5 (1) : 37-54.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Des études microanalytiques ont été menées sur des truites Salmo trutta fario, âgées de deux ans, récoltées dans une rivière des Vosges soumise aux retombées des pluies acides et sur des truites témoins récoltées dans une rivière d'Auvergne, non soumise aux pluies acides. La rivière des Vosges est caractérisée par un pH de 5,42 et par une concentration en aluminium de 200 µg/L-1. Notre but étant de déterminer les tissus, cellules et organites cibles de bioaccumulation éventuelle de l'aluminium, nous avons analysé rein, foie, branchie et tractus digestif. Deux méthodes microanalytiques ont été utilisées pour localiser l'aluminium à l'échelle cellulaire et subcellulaire et connaître les éléments avec lesquels il peut être associé; ce sont la spectrométrie de masse par émission ionique secondaire (microscope ionique associé à un système informatisé de traitement d'images) et la spectrométrie des rayons X (microsonde électronique de Castaing associée à un microscope électronique à transmission).

La microanalyse des rein, foie, branchie et tractus digestif montre l'existence de deux processus conduisant à la bioaccumulation de l'aluminium. Le premier, classiquement connu pour d'autres métaux, met en évidence une insolubilisation de l'aluminium sous forme de phosphate, dans des organites limités par une membrane : les lysosomes et les granules pigmentaires des mélanocytes. Le second, démontre la formation de volumineux dépots extra-cellulaires, atteignant 100 µm de long et entraînant la destruction du tissu. Aucune bioaccumulation significative d'aluminium n'a été observée chez des truites témoins, récoltées dans le centre de la France, où l'eau à pH 7.9 est dépourvue d'aluminium.

Mots clés

Truite, pluies acides, aluminium, microanalyse (microscopie ionique, spectrométrie des rayons X), ultrastructure, lysosomes.

Correspondance

Chassard-Bouchaud, C., Laboratoire de Biologie et Physiologie des Organismes marins, Université Pierre et Marie Curie, 4, place Jussieu, F 75252 Pans Cedex 05 et Centre de Microanalyse appliquée à la Biologie du C.N.R.S., S.C. 27 de l'I.N.S.E.R.M.. Faculté de Médecine de Créteil, 6, rue du Général Sarrail, F 94000 Créteil

English    Imprimer          Envoyer par e-mail