<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Amiard, J.C., C. Metayer, J.P. Baud et F. Ribeyre (1991). Influence de divers facteurs écologiques sur la bioaccumulation d'éléments métalliques (Cd, Cu, Pb, Zn) chez de jeunes palourdes (Ruditapes philippinarum) au cours du prégrossissement en nourricerie. Rev. Sci. Eau, 4 (4) : 441-452.

Texte intégral (PDF)

Résumé

La bioaccumulation des métaux chez les mollusques peut être une conséquence de la désorption des éléments métalliques fixés sur les particules inertes ou vivantes en suspension dans l'eau qui leur servent de nourriture. Les meilleures expériences réalisées jusqu'ici semblent indiquer que les matières en suspension ont un rôle mineur dans la contamination des mollusques. Mais quelles que soient les précautions prises, les expériences ne simulent jamais parfaitement les phénomènes naturels. Aussi, nous avons choisi de reprendre cette question à l'aide d'une expérience en grand volume où le nombre de paramètres contrôlés est restreint mais où les organismes sont dans des conditions aussi proches que possible de la réalité.

Au cours d'un prégrossissement expérimental, les jeunes palourdes reçoivent des quantités variables contrôlées de nourriture phytoplanctonique. La fourniture d'une nourriture plus abondante a pour conséquence d'augmenter les quantités de cuivre et de zinc et au contraire de diminuer celles de plomb contenues dans chaque individu. Elle entraîne également une diminution des concentrations en cadmium et plomb traduisant une « dilution biologique » de ces métaux. L'augmentation de la densité de la population expérimentale a un effet négatif sur les quantités de cuivre et de zinc contenues dans les individus. A âge identique, les individus les plus grands présentent des concentrations plus faibles en cuivre et zinc et plus élevées en cadmium et plomb.

L'utilisation des eaux marines souterraines présente deux avantages: une production algale intense à un coût économique négligeable et la possibilité par échange thermique de réchauffer en hiver les eaux marines naturelles et ainsi de maintenir une croissance des mollusques toute l'année. L'emploi des eaux de forage n'entraîne aucun effet néfaste dans les phénomènes de bioaccumulation des métaux, du moins pour ceux étudiés ici : cadmium, cuivre, plomb et zinc.

Mots clés

Palourde, métaux, facteurs écologiques, bioaccumulation, pré-grossissement.

Correspondance

Amiard, J.C., Service d'Ecotoxicologie, URA 1356 du CNRS. Université de Nantes, 1, rue Gaston Veil, 44035 Nantes Cedex (France)

English    Imprimer          Envoyer par e-mail