<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Delachapelle, S., M. Renaud et P.M. Vignais (1991). Etude de la production d'hydrogène en bioréacteur par la bactérie photosynthétique Rhodobacter capsulatus 2. Transformation du lactate et bilans carbonés. Rev. Sci. Eau, 4 (1) : 101-120.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Le dégradation du lactate par la bactérie photosynthétique Rhodobacter capsulatus cultivée dans un photobioréacteur en anaérobiose, à la lumière, en limitation d'azote, a été mesurée ainsi que la production d'hydrogène par la nitrogénase. En réacteur ouvert à faible taux de dilution (D = 0,04 h-1), le lactate initialement à 30 mM est dégradé à près de 90 % avec une faible accumulation (< 1-2 mM) des produits de dégradation (formiate et acétate). C'est dans ces conditions qu'on observe la meilleure production d'hydrogène (44 ml • h-1 • h-1). Lorsque la culture bactérienne devient trop dense en réacteur fermé ou an recyclage des bactéries, Il y a apparemment passage à un métabolisme de type fermentatif, chute de la production d'hydrogène et accumulation d'acides organiques (formique, acétique, propionique) provenant du lactate. Dans ces conditions, il n'y a pas diminution de la charge de carbone organique. Outre la présence de ces acides à courtes chaînes, les bilans carbonés; font apparaître la présence, dans le surnageant de la culture, de substances carbonées exocellulaires non identifiées pouvant représenter jusqu'à 50 % du flux carboné sortant.

Mots clés

Rhodobacter capsulatus, dégradation du lactate, photobioréacteur, production d'hydrogène.

Correspondance

Delachapelle, S., Société 3M France, rue Geneviève Couturier, BP 324, 92506 Rueil Malmaison

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          
     


Mise à jour: 2007-03-06
© INRS Eau, Terre et Environnement