English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

A. Alighardashi, Pons, M.N. et Potier, O. (2008). Présence et devenir des médicaments dans les eaux usées urbaines, une analyse bibliographique. Rev. Sci. Eau 21 (3) : 413–426.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Depuis quelques années la présence de substances pharmaceutiques a été observée dans les milieux aquatiques y compris dans l’eau potable. Les principales sources de dispersion de ces composés dans l’environnement sont les stations d’épuration des eaux usées (STEP). Une analyse de la littérature publiée sur le sujet est proposée. Ce sont les analgésiques/anti-inflammatoires, les hypocholestérolémiants, les cytostatiques et les bêta-bloquants qui présentent les concentrations les plus élevées en entrée de station d’épuration. Malgré des rendements d’élimination quelquefois très élevés, les concentrations, dans les effluents de stations, de ces groupes de médicaments restent non négligeables.

Les antibiotiques forment un des plus importants groupes de médicaments à cause de leur niveau de consommation, de leur fréquence de détection dans les milieux aquatiques et de leur action spécifique sur les bactéries, notamment sur celle potentiellement néfaste qu’ils peuvent avoir sur les bactéries mises en œuvre dans les systèmes de traitement biologique des eaux résiduaires urbaines. Globalement la charge en antibiotiques est faible dans les eaux usées urbaines et mais elle est forte dans les effluents des hôpitaux. Les rendements d’élimination sont, quant à eux très variables, allant de 0% pour le nitrothiazole à 95% pour la tétracycline. .

Mots clés

Antibiotique, bactérie, élimination, résistance, traitement des eaux usées.

Correspondance

A. Alighardashi : Laboratoire des Sciences du Génie Chimique-CNRS, Nancy Université, INPL 1, rue Grandville, BP 20451, 54001 Nancy cedex France

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          

     


Mise à jour: 2009-01-12
© INRS Eau, Terre et Environnement