English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

S. El Mejri, El Bour, M., Boukef, I., Mraouna, R.et Boudabbous, A. (2008) Effet du passage d’Aeromonas hydrophila en eaux usées avant séjour en microcosmes d’eau marine. Rev. Sci. Eau 21 (3) : 259-266.

Texte intégral (PDF)

Résumé

A. hydrophila (mésophile, Gram négative, mobile) compte parmi les espèces non entérobactériennes opportunistes du milieu aquatique. Son isolement ou son dénombrement en milieu marin selon les méthodes classiques est compromis par l’acquisition de la forme viable non cultivable (VNC) chez la bactérie dont la visualisation repose sur des méthodes moins usuelles notamment la cytométrie en image ou en flux. En pathologie aquacole, A. hydrophila compte parmi les espèces les plus fréquemment isolées notamment dans les zones de rejets. Le présent travail a été effectué en vue d’étudier la survie d’A. hydrophila en eau de mer après transit en eaux usées domestique. Ainsi, deux types de microcosmes ont été utilisés le premier rempli d’eau de mer filtrée, stérile et placé à 25°C à l’obscurité ; le second est rempli d’eau usée filtrée, stérile et placée pendant 24h à l’obscurité avant transfert en eau de mer. Les caractéristiques intrinséques : cultivabilité, forme cellulaire, profils biochimiques et antibiotypiques ont été suivis au cours de ce stress. Les résultats obtenus indiquent que la cultivabilité d’A. hydrophila placée directement dans l’eau de mer diminue rapidement durant les trois premiers jours d’incubation (3,21 Ulog). Aussi, nous avons noté une réduction progressive de la cultivabilité d’A. hydrophila placée en eau de mer après transit en eaux usées (2,74 Ulog). Néanmoins, le nombre des cellules totales ne montre pas de variation significative tout le long de la période de suivi (30 jours), avec l’apparition de la forme Viable Non Cultivable (VNC). Au cours de ce stress, nous avons observé des cellules de formes bacillaires, allongées et arrondies réduites. Parallèlement, nous avons trouvé qu’A. hydrophila ayant séjourné en eau de mer (avec ou sans passage en eaux usées) a subit différentes modifications ayant porté aux caractéristiques biochimiques et antibiotypiques, dont les plus remarquables sont la capacité à métaboliser l’Adipate et l’acquisition de nouvelles résistances aux antibiotiques notamment après passage en eaux usées.

Mots clés

Aeromonas hydrophila, eaux usées, eau salée, survie, forme VNC.

Correspondance

R. Mraouna : Laboratoire de Microbiologie et de Pathologie des Organismes Aquatiques - INSTM, Rue 2 Mars 1934, 2025 Salammbô, Tunisie

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          

     


Mise à jour: 2009-01-12
© INRS Eau, Terre et Environnement