English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

El Adlouni, S. et Ouarda, T.B.M.J. (2008) Comparaison des méthodes d'estimation des paramètres du modèle GEV non stationnaire. Rev. Sci. Eau 21 (1) : 35-50.

Texte intégral (PDF)

Résumé

L’analyse fréquentielle des événements extrêmes est un des outils privilégiés pour l’estimation des débits de crue et de leurs périodes de retour. En analyse fréquentielle, les observations doivent être indépendantes et identiquement distribuées (iid). Ces hypothèses ne sont pas souvent respectées et les paramètres de la loà ajuster sont fonction du temps ou de covariables. Le modèle GEV non stationnaire permet de tenir compte de cette dépendance. L’objectif du présent travail est de comparer la méthode du maximum de vraisemblance pour l’estimation des quantiles à la méthode du maximum de vraisemblance généralisée (GML) et à une généralisation de la méthode des L-moments dans le cas non stationnaire. Trois modèles sont considérés : le modèle stationnaire (GEV0), le cas où le paramètre de position est une fonction linéaire de la covariable (GEV1) et le cas d’une dépendance quadratique (GEV2). Un cas d’étude des précipitations à une station de la Californie montre le potentiel des modèles non stationnaires.

Mots clés

valeurs extrêmes, maximum de vraisemblance généralisé, L-moments, Indice d’oscillations du sud.

Correspondance

El Adlouni, S. : Chaire en Hydrologie Statistique Hydro-Québec/CRSNG - Chaire du Canada en estimation des variables hydrologiques - Institut national de la recherche scientifique, Centre Eau, Terre et Environnement, 490, rue de la Couronne, Québec (Québec) G1K 9A9

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2008-07-03
© INRS Eau, Terre et Environnement