<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Laurent F., Ruelland D. et Chapdelaine M. (2007)
Impacts des Rejets Urbains de Temps de Pluie (RUTP) sur les milieux aquatiques : Etat des connaissances. Rev. Sci. Eau 20 (2) : 395-408.

Texte intégral (PDF

Résumé

La lutte contre la pollution des eaux par l’agriculture nécessite des changements de pratiques agricoles. Les actions proposées par les gestionnaires des territoires ont des effets variables sur la qualité des eaux selon la nature du milieu et les activités agricoles existantes. La modélisation agro-hydrologique constitue une voie pour évaluer les impacts de pratiques agricoles sur la qualité des eaux à l’échelle de bassins versants. Elle offre ainsi un support d’aide à la décision face à une multiplicité d’actions alternatives et permet de rationaliser les choix en termes d’efficacité environnementale.
Dans cet article, nous présentons la mise en œuvre et les résultats d’une simulation d’un changement de pratiques agricoles sur un bassin versant de 385 km² dans l’ouest de la France. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les gestionnaires locaux afin d’évaluer les évolutions possibles de la qualité des eaux à moyen terme. Les données mobilisées sont des chroniques quotidiennes de précipitations et de température, un Modèle Numérique de Terrain, une carte des sols, une carte des successions culturales sur deux ans résultant d’un traitement d’images satellitaires et des pratiques agricoles issues d’enquêtes.
Le modèle offre une calibration hydrologique satisfaisante avec un indice de Nash de 0,81 obtenu sur la période 2000-2001 ; la dynamique des transferts de nitrates et de phosphore est également reproduite, mais les résultats sont à nuancer par la fréquence insuffisante des données de validation. Après le calage du modèle, l’efficacité relative de deux changements de pratiques agricoles est estimée : i) l’implantation d’une Culture Intermédiaire Piège A Nitrates (moutarde) et ; ii) le passage au Semis Direct sous Couvert Végétal. Finalement, la technique du semis direct apparaît comme la pratique la plus efficace pour réduire les transferts de phosphore qui représentent la pollution principale sur l’espace étudié.

Mots clés

Pratiques agricoles, sol, modélisation, qualité des eaux, nitrate, phosphore, semis direct, CIPAN, SWAT.

Correspondance

François Laurent, Université du Maine, UMR CNRS 6590 ESO, avenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans Cedex 9, France
Courriel :

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2008-01-09
© INRS Eau, Terre et Environnement