<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Parent-Raoult C. et Boisson J. C. (2007)
Impacts des Rejets Urbains de Temps de Pluie (RUTP) sur les milieux aquatiques : Etat des connaissances. Rev. Sci. Eau 20 (2) : 229-239.

Texte intégral (PDF

Résumé

En milieu urbain, les flux générés par la pluie peuvent transporter vers les hydrosystèmes une partie des éléments polluants accumulés par temps sec et issus des diverses activités humaines. Ces flux polluants sont qualifiés de « Rejets Urbains par Temps de Pluie » (RUTP). Les études menées depuis les années 1960 ont permis d’identifier le problème en évaluant l’origine des polluants, les ordres de grandeur des concentrations et les flux émis. Les RUTP présentent un caractère épisodique, mais peuvent avoir des effets de nature chronique, liés à la répétition des phénomènes. Ils peuvent altérer les différentes composantes des milieux récepteurs : composantes physiques (e.g. modification des écoulements, de la morphodynamique), chimiques (e.g. apports de matières en suspension, fertilisants, micropolluants), biologiques (e.g. sélection des espèces, toxicité, bio-accumulation) et l’hydrosystème dans sa globalité (e.g. eutrophisation). L’intégration d’une caractérisation biologique dans l’évaluation des impacts est reconnue depuis peu, et il existe relativement peu de travaux prenant en compte cette composante. La complexité des rejets (e.g. caractère intermittent, variabilité spatio-temporelle) et la diversité des milieux récepteurs, font qu’il est difficile de dresser un bilan exact des impacts. Une approche intégrée, ou holistique, est aujourd'hui préconisée prenant en compte : des descripteurs physico-chimiques, des critères de qualité du milieu (eau et sédiments), de l’habitat, du régime hydraulique, des communautés biologiques autochtones, et des données toxicologiques. Toutefois, une telle approche est difficile à mettre en œuvre et les travaux s’appuient généralement sur des approches plus simples : études de laboratoire ou de terrain ou combinant les deux.

Mots clés

Rejets urbains par temps de pluie, impact, milieux aquatiques.

Correspondance

Jean-Claude Boisson, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE), Laboratoire des Sciences de l’Environnement, rue Maurice Audin, 69518 VAULX-EN-VELIN, France

Courriel :

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2008-01-08
© INRS Eau, Terre et Environnement