<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

V. Lasquellec, J. Marcq, M. Sbaï, R. Filmon, T.Q. Nguyen et M. Pontié (2007)
Nouvelle stratégie antibiofilm par depot LBL d’un polyélectrolyte cationique sur la membrane de dialyse anionique AN69. Rev. Sci. Eau 20 (2) : 175-183.

Texte intégral (PDF

Résumé

Cette étude présente une stratégie anti-biofilm appliquée à une membrane de dialyse, l’AN69 ; il s’agit de réaliser une modification initiale de la surface de membrane par un polyélectrolyte cationique, le poly(diallyldiméthylammonium), noté PDADMA, selon un protocole de type layer-by-layer. Les caractéristiques physico-chimiques des deux membranes, l’AN69 et l’AN69 modifiée par le PDADMA sont suivies par la détermination de la modification de la charge de la membrane en mettant en oeuvre des mesures de potentiel d’écoulement et de nombre de transport de Li+, de perméabilité hydraulique et des analyses morphologiques et topographiques effectuées par les microscopies électronique à balayage et à force atomique, respectivement, avant et après exposition à E. coli et à un biofilm marin. Nos résultats montrent tout d’abord un rôle majeur joué par l’attraction électrostatique entre les microorganismes et l’AN69 modifiée par le PDADMA à l’origine d’une adhésion forte des bactéries.
Par ailleurs, nous avons mis au point un protocole original d’élimination du biofilm marin. Ce protocole consiste à immerger la membrane modifiée par le PDADMA et encrassée, dans une solution de chlorure de sodium 2M afin d’écranter les charges électrostatiques à l’origine de l’accroche du polyélectrolyte et permettre le décrochage du PDADMA qui entraîne avec lui l’encrassement (constitué de bactéries et autres résidus de biofilm). La recharge d’un film frais de PDADMA permet alors une réutilisation à l’infini de la membrane AN69. La simplicité de ce protocole « de régénération » ouvre la possibilité d’une modification non permanente des membranes de dialyse, dans le but de limiter les problèmes récurrents de biocolmatage et d’augmenter les durées de vie des membranes en milieu marin.

Mots clés

Revêtement antibiofilm; poly(diallyldiméthylammonium); membrane de dialyse AN69; Escherichea Coli; bio-colmatage marin.

Correspondance

Maxime Pontié, Université d’Angers, Groupe Analyses et Procédés (GAP), UFR Sciences, 2 Bd. Lavoisier, 49045 Angers cedex 01, France

Courriel :

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2008-01-08
© INRS Eau, Terre et Environnement