<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Muriel Auriol, Youssef Filali-Meknassi et Rajeshwar Dayal Tyagi (2007). Présence et devenir des hormones stéroïdiennes dans les stations de traitement des eaux usées. Rev. Sci. Eau 20 (1) : 89-108.

Texte intégral (PDF

Résumé

Différents produits chimiques naturels et d’origine industrielle présentent une activité endocrinienne. Ces composés sont susceptibles d’agir sur le système endocrinien des animaux et des êtres humains (altération ou déficiences des fonctions reproductrices, occurrence de tumeurs malignes, etc.). De nos jours, il reste de nombreuses questions en suspens (ampleur de la contamination, devenir dans l’environnement, etc.) et le caractère persistant de ces substances en fait un problème majeur pour les générations futures. De plus, plusieurs études ont montré que les estrogènes naturels (tels que l’estrone, le 17ß-estradiol et l’estriol) et l’estrogène synthétique (17-éthinylestradiol) sont les composés les plus oestrogéniques présents dans les effluents de stations de traitement des eaux usées. En conséquence, ces estrogènes peuvent rejoindre les eaux de surfaces et les contaminer. En effet, des concentrations aussi faibles que 0,1 ng/L peuvent provoquer des effets oestrogéniques chez les organismes aquatiques exposés. Cette revue s’est donc concentrée sur la présence de ces types de composé dans les eaux de surface et usées, et plusieurs procédés de traitement sont discutés par rapport à leur capacité d’enlèvement des estrogènes. Ainsi, le traitement primaire seul ne permet pas l’enlèvement des estrogènes des eaux usées, alors qu’un traitement secondaire à boue activée réduit généralement les quantités d’estrogènes. Les procédés dits avancés montrent un potentiel élevé pour l’enlèvement des estrogènes, bien qu’ils peuvent former des sous-produits oestrogéniques et/ou cancérigènes. Finalement, les systèmes enzymatiques pourraient être des procédés innovateurs pour le traitement des estrogènes, puisqu’ils montrent un potentiel élevé pour l’enlèvement des composés aromatiques dans les eaux usées.

Mots clés

Perturbateur endocrinien, Estrogènes, Hormones stéroïdiennes, Eaux usées, Eaux de surface.

Correspondance

Youssef Filali-Meknassi, University of Missouri-Rolla: Civil Engineering Department, 1870 Miner Circle Rolla, Missouri 65409-1060, États-Unis et U.S. EPA, P.O. Box 17-2141, Kansas City, KS 66117, États-Unis

Courriel :

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2007-05-22
© INRS Eau, Terre et Environnement