<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English     Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

B. Ngounou Ngatcha, J. Mudry, J. F. Aranyossy, E. Naah et J. Sarrot Reynault (2007). Apport de la géologie, de l’hydrogéologie et des isotopes de l’environnementà la connaissance des «nappes en creux» du Grand Yaéré (Nord Cameroun). Rev. Sci. Eau 20 (1) : 29-43.

Texte intégral (PDF

Résumé

La carte piézométrique de la nappe du Logone-Chari-Tchad met en évidence des anomalies piézométriques interprétées comme des « nappes en creux ». Les informations de l’hydrogéologie et des isotopes de l’environnement conduisent à remettre en question les grandes profondeurs des niveaux statiques observées par certains auteurs dans ces dépressions piézométriques. Les données hydrogéologiques démontrent que dans la zone déprimée de la surface piézométrique, l’aquifère est de type bicouche. Par ailleurs, la distribution des teneurs en isotopes stables (oxygène-18 et deutérium) et en tritium confirme le cloisonnement des aquifères :

  • sur la bordure des dépressions, des nappes superficielles biseautent sur un substratum semi-perméable. Ces nappes sont caractérisées par des eaux modernes (teneurs en tritium > 4 UT);


  • dans l’axe des dépressions, on a des nappes profondes avec des eaux plus anciennes (teneurs en tritium < 4 UT). Les divers types d’eau correspondent à des modes et à des épisodes de recharge distincts.

La relation 2H vs. 18O montre que les effets d’enrichissement par évaporation lors de la recharge des nappes ne sont très marqués que dans les eaux des nappes superficielles dont les niveaux statiques ne dépassent pas 20 m de profondeur. Les dépressions fermées dont les points les plus bas atteignent 60 m sous la surface du sol s’interprètent difficilement dans l’hypothèse d’une reprise évaporatoire.

Il résulte de cette étude que l’absence de dépendance nette entre les niveaux piézométriques superficiels et les niveaux profonds place le problème des anomalies piézométriques du Grand Yaéré dans un contexte totalement différent de celui des anciennes interprétations qui s’appuyaient sur l’hypothèse d’une nappe libre généralisée monocouche. À l’avenir, la construction de la carte piézométrique de la nappe du Logone-Chari-Tchad devra tenir compte de la structure des deux nappes superposées.

Mots clés

Cameroun, Grand Yaéré, nappes en creux, hydrogéologie, isotopes, évaporation.

Correspondance

B. Ngounou Ngatcha, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Ngaoundéré, BP 454 Ngaoundéré, Cameroun.

Courriel :

English     Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2007-05-22
© INRS Eau, Terre et Environnement