<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Jellali, S. and O. Razakarisoa (2006). Transport avec échange gazeux du trichloroéthylène vers une nappe aquifère. Rev. Sci. Eau 19 (1) : 33-43.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Deux expériences ont été réalisées sur un site expérimental contrôlé de dimensions décamétriques reconstituant un aquifère alluvial. L’originalité de ce travail est basée sur le fait que cette plate-forme expérimentale permet de rendre compte du rôle de la frange capillaire dans les phénomènes de transfert, ce qui est difficilement accessible sur des systèmes réduits de laboratoire ou dans les investigations sur site réel. L’objectif principal est l’évaluation quantitative des mécanismes de transfert de Composés Organiques Volatils (COV) depuis la zone non saturée vers la nappe dans le cas d’une source de pollution localisée en zone non saturée. Le cas du transport du trichloréthylène (TCE) a été abordé où une analyse comparative du transfert du TCE depuis la zone non saturée vers la nappe via la frange capillaire est présentée en étudiant les deux mécanismes : dispersion et dissolution. Dans la première expérience, la dispersion passive de la pollution par les vapeurs depuis la zone non saturée vers la nappe via la frange capillaire est étudiée. Dans la seconde expérience, l’impact sur la pollution de la nappe du lessivage des vapeurs par une pluie contrôlée est quantifié. Les résultats montrent que la dispersion passive des vapeurs peut causer une pollution significative de l’eau de la nappe et ce malgré la lenteur du processus de diffusion dans la partie inférieure de la frange capillaire suffisamment saturée en eau. Le lessivage des vapeurs par la pluie provoque une pollution de nappe plus importante et plus étendue. La quantification des flux de pollution partant de la zone non saturée vers la nappe a été réalisée dans la première expérience en se servant de la méthode de JOHNSON et PANKOW (1992), et du code de calcul (Hydrus) dans la seconde expérience. Les résultats expérimentaux et analytiques mettent en évidence d’une part le rôle d’écran joué par la frange capillaire contre le transfert de la pollution vers la nappe et d’autre part l’augmentation significative du degré et de l’étendue de la pollution de la nappe en cas de lessivage des vapeurs par les eaux de pluie.

Mots clés

Pollution, transfert, eau souterraine, trichloréthylène, vapeurs, flux, frange capillaire.

Correspondance

Jellali Salah, Institut National de Recherche Scientifique et Technique, Laboratoire Eau & Environnement (LEE). Route touristique de Soliman BP 95, CP 2050 Hammam Lif, Tunisie

Razakarisoa Olivier, Institut de Mécanique des Fluides et des Solides de Strasbourg, Institut Franco-Allemand de Recherche sur l'Environnement (IFARE), UMR 7507 ULP-CNRS, 23 rue du Loess, B.P. 20 - 67037 Strasbourg Cedex, France
Courriel :

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement