<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Viglino, L. and É. Pelletier (2006). Butylétains dans les eaux du fjord du Saguenay (Canada) : menace pour l’écosystème d’un milieu semi-fermé? Rev. Sci. Eau 19 (1) : 11-22.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Dans le cadre de travaux sur le comportement des composés des butylétains dans les milieux côtiers froids, des échantillons d’eau, de matière particulaire en suspension et de seston (phyto- et zooplancton) ont été prélevés à huit (8) stations le long du fjord du Saguenay (Canada) et dans la baie des Ha !Ha ! en mai 2001. Les concentrations en butylétains totaux (MBT + DBT + TBT) étaient significativement plus élevées en surface (26 à 206 ng Sn L-1) que dans les échantillons de fond (7 à 30 ng Sn L-1). Les niveaux trouvés à l’embouchure du fjord étaient deux fois plus élevés que ceux observés dans son axe principal et 5 fois plus élevés que ceux dans la baie des Ha! Ha! dont les concentrations variaient de 40 à 55 ng Sn L-1 avec les plus élevées à proximité de Port Alfred. Le tributylétain (TBT) est toujours le composé minoritaire, que ce soit dans les eaux de surface (de 1 à 5%) ou dans la couche d’eau profonde (5 à 24%). Le dibutylétain (DBT) domine dans les deux masses d’eau avec des proportions d’environ 85 % pour la surface et de 34 à 90% au fond. Le monobutylétain (MBT) est présent dans toute la colonne d’eau avec des pourcentages fluctuant de 4 à 15% dans les eaux de surface et de 2 à 46% dans les eaux profondes. Les butylétains sont également présents dans tous les échantillons de seston. En surface, les concentrations des métabolites (DBT + MBT) sont plus élevées (25 à 59 ng Sn g-1) que celles du TBT (10 et 20 ng Sn g-1). Dans la couche de fond, le TBT est majoritaire dans le seston avec des concentrations similaires entre les stations d’environ 30 ng Sn g-1. Les facteurs de bioconcentration obtenus à partir des données du seston confirment que les niveaux de TBT dans l’eau sont suffisants pour induire une bioaccumulation par étape au sein de la chaîne alimentaire. Enfin, les concentrations en TBT dans la colonne d’eau semblent bien au-dessus du niveau susceptible de perturber l’écosystème en causant des effets chroniques sur la reproduction de plusieurs organismes ou en affaiblissant leurs systèmes immunitaires.

Mots clés

Butylétains, distribution spécifique, devenir des butylétains, colonne d’eau, milieu côtier froid, toxicité.

Correspondance

Émilien Pelletier, Institut des Sciences de la Mer de Rimouski (ISMER), Université du Québec à Rimouski, 310, allée des Ursulines, Rimouski (Qc), Canada G5L 3A1

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement