<%pg=request.getParameter("page");%>
     

English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Zébazé Togouet, S.H., Njiné, T., Kemka, N., Nola, M., Foto Menbohan, S., Monkiedje, A., Niyitegka, D., Simke-Ngando, T. et Jugnia, L.B. (2005). Variations spatiales et temporelles de la richesse et de l'abondance des rotifères (Brachionidae et Trichocercidae) et des cladocères dans un petit lac artificiel eutrophe situé en zone tropicale. Rev. Sci. Eau 18 (4) : 485-505.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Les communautés de rotifères (Brachionidae et Trichocercidae) et de cladocères peuplant les eaux du lac Municipal de Yaoundé situé en zone tropicale (Cameroun), ont été examinés en relation avec quelques variables physico-chimiques du milieu. Des 26 espèces et sous-espèces de rotifères (Brachionidae et Trichocercidae) et 15 espèces de cladocères inventoriées, environ 16 sont identifiées pour la première fois au Cameroun. Parmi les espèces quantitativement dominantes, les espèces fréquemment rencontrées sont Brachionus angularis angularis, B. falcatus falcatus, et B. calyciflorus chez les Brachionidae, Trichocerca elongata elongata, et T. bicristata bicristata chez les Trichocercidae, et Ceriodaphnia cornuta et Chydorus eurynotus chez les cladocères. Plus de 75% des espèces répertoriées sont des espèces périphytiques communément considérées comme littorales, dont le développement important a été observé dans la zone pélagique du lac qui, sans doute, offre de nombreuses ressources et constitue un refuge vis-à-vis notamment de la prédation. L'absence de corrélations entre les communautés zooplanctoniques étudiés et les quelques variables physico-chimiques suivies, nous a amenés à considérer que le développement de ces communautés est sous la dépendance d'autres facteurs. D'ailleurs, une analyse canonique de correspondance indique que les stations, profondeurs et mois de prélèvement expliqueraient respectivement 3%, 5% et 36% de la variance totale associée à l'abondance des espèces prises en compte. Ce qui nous a permis d'émettre l'hypothèse selon laquelle les principales conditions environnementales qui affectent le développement potentiel des espèces analysées et le déroulement de leurs cycles biologiques, seraient dépendantes des deux saisons (la saison des pluies et la saison sèche) caractérisant les climats tropicaux.

Mots clés

Brachionidae, Trichocercidae, cladocères, diversité spécifique, lacs tropicaux, dynamique saisonnière.

Correspondance

S.H. Zébazé Togouet : Université de Yaoundé I, Laboratoire de biologie générale, BP812 Yaoundé, Cameroun

Courriel :
Téléphone : +237.745.30.20 / Télécopieur : -237.220.18.514

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement