English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Kemka, N., Njine, T., Zébazé Togouet, S. H., Niyitegeka, D., Nola, M., Monkiedje, A., Demannou, J. et Foto Menbohan, S. (2004). Phytoplancton du lac municipal de Yaoundé (Cameroun) : Succession écologique et structure des peuplements. Rev. Sci. Eau 17 (3) : 301-316.

Texte intégral (PDF)

Résumé

L'évolution spatio-temporelle, qualitative et quantitative du peuplement phytoplanctonique a été suivie au lac municipal de Yaoundé. Pour cela des prélèvements hebdomadaires ont été effectués de novembre 1996 à décembre 1997, au niveau d'une station de la zone centrale du lac.Trois descripteurs (indice de diversité spécifique, régularité et diagrammes rangs-fréquences) ont été utilisés pour l'analyse de la dynamique de la structure du peuplement. L'indice de diversité spécifique obtenu à partir des biomasses spécifiques, par la formule dérivée de celle de SHANNON et WEAVER (1949), est compris entre 0,68 et 4,64 bits/µg. La régularité (PIELOU, 1966) varie de 0,14 à 0,84; les faibles valeurs correspondant dans l'ensemble à la présence des espèces fortement dominantes. Les profils des diagrammes rangs-fréquences, établis en coordonnées log-log, associés aux faibles valeurs de la diversité, sont essentiellement caractéristiques des stades pionniers (1 et 1') de l'évolution d'un lac tel que décrits par MARGALEF (1967) et FRONTIER (1976). Le stade 2 est rare alors que le stade 3 est absent.

Une analyse simultanée basée sur les variations spatio-temporelles de la densité cellulaire et de l'indice de diversité spécifique, sur les valeurs de la régularité, et sur les profils des diagrammes rangs-fréquences révèle le caractère immature permanent des populations phytoplanctoniques inféodées à ce biotope, et caractérise ainsi un milieu eutrophe à hypereutrophe où aucun stade d'équilibre n'est atteint. La richesse du milieu en éléments biogènes et sa faible profondeur (Zmax=4,3 m) sont à l'origine de sa vulnérabilité. L'événement susceptible d'interrompre la succession des populations s'est avéré être le brassage des eaux, provoqué aussi bien par les pluies que les vents dont l'énergie cinétique est fréquemment suffisante pour entraîner un brassage complet d'une colonne d'eau de hauteur aussi faible.

Mots clés

Phytoplancton, diversité spécifique, régularité, diagrammes rangs-fréquences, lac hypereutrophe, Afrique centrale.

Correspondance

KEMKA Norbert, Institut de Recherches Géologiques et Minières Centre de Recherches Hydrologiques, B.P. 4110, Nlongkak,Yaoundé, CAMEROUN

Courriel : kemkan@yahoo.fr

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          



     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement