English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Paing, J., Sambuco, J.P., Costa, R., Rambaud, A. et B. Picot (2003). Bilan du carbone dans le lagunage anaérobie appliqué sous climat méditerranéen.Rev. Sci. Eau 16(3): 357-368.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Ce travail a porté sur l'application du lagunage anaérobie pour le traitement primaire des eaux résiduaires urbaines sous climat méditerranéen. Il a été réalisé sur les lagunes anaérobies de l'Ecosite de Mèze (Hérault, France). Les lagunes anaérobies constituent un traitement primaire satisfaisant avec des rendements moyens de 55% pour les MES et 30% pour la DBO5, pour une faible emprise au sol. Le taux d'accumulation des boues est de seulement 0,017 m3/EH.an, notamment du fait de l'efficacité de la dégradation anaérobie. L'équilibre du métabolisme anaérobie des boues est atteint après un an de fonctionnement. L'accumulation des boues se fait alors de façon saisonnière avec une forte accumulation en hiver et une digestion du stock en été. Cette évolution est liée à l'influence de la température sur la méthanogénèse. La production de biogaz (83% CH4) a pu être mesurée par des collecteurs à gaz mis au point pour cette étude et dépend également fortement de la température. Le bilan du carbone montre que 74% du carbone organique épuré est converti en CH4, 13% en carbone inorganique dissous et seulement 15% est stocké dans les boues. Toutefois, les lagunes anaérobies présentent un risque de créer des nuisances olfactives dues à l'émission de H2S.

Mots clés

Lagunage anaérobie, biogaz, accumulation des boues, bilan du carbone, performance épuratoire.

Correspondance

PAING Joëlle, UMR 5569 Hydrosciences. DSESP, UM I, B.P. 14491, 34093 Montpellier cedex 5, FRANCE

Courriel : jpaing@yahoo.fr
Téléphone : 04 67 54 80 86 / Télécopieur : 04 67 54 86 95

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement