English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Szelag-Wasielewska, E. (2002). Biocénose pélagique du lac oligomésotrophe de Poméranie (Pologne) : étude des communautés de la boucle mocrobienne et du pytoplancton Rev. Sci. Eau 15 (1) : 27-35.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Cette étude présente des résultats concernant l'abondance et la biomasse des principales communautés de la boucle microbienne (bactéries hétérotrophes, picoplancton autotrophe, flagellés hétérotrophes, protistes ciliés) et des nano- et microalgues dans le grand (525 ha) et profond (48 m) lac oligomésotrophe Bobifcigskie Wielkie situé en Poméranie de l'ouest (Pologne). Les échantillons d'eau ont été prélevés en zone pélagique, en 1996. Dans la classe de taille du picoplancton, ce sont les bactéries hétérotrophes qui constituent le groupe trophique le plus abondant. Leur biomasse couplée à celle du picoplancton autotrophe beaucoup moins abondant (de 3,5 à 5,4 µg·C·L-1), constituait de 15 % à 22 % de la biomasse microbienne totale. La biomasse des protistes flagellés hétérotrophes et celle des protistes ciliés étaient proches (3,0-3,8 µg·C·L-1) et constituaient, en fonction de la profondeur de prélèvement, de 8 % à 24 % de la biomasse totale. Le phytoplancton de taille supérieure à 2,0 µm représentait la plus grande partie de la biomasse totale, à savoir de 50 % à 78 % (8,4-27,5 µg·C·L-1). Il était dominé, en ce qui concerne la taille des organismes, par le microplancton. Dans les couches supérieures du lac, les diatomées et les cryptophycées étaient les plus nombreuses, alors qu'en profondeur c'était les cyanobactéries filamenteuses du genre Planktothrix qui étaient les plus abondantes.

Mots clés

Bactéries hétérotrophes, picoplancton autotrophe, protozoaires, algues, boucle microbienne.

Correspondance

E. Szelag-Wasielewska, Institut de protection des eaux de l'université Adam Mickiewicz, 60-613 Pozna~, Drzymaly 24, POLOGNE

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement