English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Adorni-Braccesi A., Acutis M., Merlo S. et G.M. Zuppi (2001). Application des techniques physiques, géochimiques et isotopiques pour l'évaluation de l'infiltration sous climat tempéré. Rev. Sci. Eau 14 (3): 243-263.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Depuis plusieurs années, la Zone Non Saturée d'une parcelle expérimentale au nord de l'Italie (plaine du Pô) a fait l'objet de nombreuses études sur les caractéristiques physiques et géologiques du milieu, ainsi que sur les modalités du mouvement des eaux d'infiltration. Le site a été équipé de 6 tensiomètres à mercure, 6 bougies poreuses pour l'échantillonnage de l'eau et d'un tube d'accès pour la sonde à neutrons.

L'application des différentes méthodes d'évaluation a fourni, pour la période d'étude (Septembre 1994-Août 1995), des valeurs de l'infiltration sensiblement différentes. La méthode physique, basée sur le calcul du bilan hydrique annuel, et considérant le sol comme un unique réservoir monocouche, a indiqué que 19% du total des précipitations arrive à s'infiltrer. D'autre part, un modèle de simulation intégrant les caractéristiques hydrodynamiques du sol a permis d'évaluer la recharge à 29% des précipitations annuelles. Le calcul de la répartition de la teneur en eau sur le profil porte sur la description des fluctuations temporelles du plan de flux nul, en relation avec les épisodes pluvieux et l'intensité de l'évaporation.

La méthode géochimique du "profil en ions conservés" entre l'eau de pluie et du sol a permis, quant à elle, d'évaluer la lame d'eau infiltrée à environ 12% des précipitations annuelles.

La composition isotopique des eaux extraites du sol manifeste un enrichissement global en isotopes lourds (2H et 18O) par rapport aux eaux météoriques, conséquence d'une évaporation intense. L'infiltration semble être de type "piston flow" dispersif. Elle suit, seulement pendant l'hiver, un flux où la composante convective dans la microporosité est prédominante sur la composante diffusive qui a lieu, de préférence, dans la macroporosité.

Mots clés

Zone non saturée, climat tempéré, infiltration, bilan hydrique, ions conservatifs, composition isotopique, microporosité, macroporosité.

Correspondance

G.M. Zuppi, Dipartimento di Scienze della Terra, Università di Torino, Via Valperga Caluso 35, 10125 Torino, ITALIE
Addresse actuelle: R.M.C. S.r.l., Corso Italia 69, 56125 Pisa, ITALIE

Courriel : zuppi@tin.it
Téléphone : +39-(0)41-2578666 / Télécopieur : +39-(0)41-2578584

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-22
© INRS Eau, Terre et Environnement