English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Quemeneur, F., Jaouen, P., Maleriat, J.P., Schlumpf, J.P., Bon, L. et É. Lebègue ( (2001). Techniques à membranes appliquées à l'élimination des matières en suspension dans un circuit semi-fermé d'aquaculture. Rev. Sci. Eau 14 (1) : 21-34.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Les piscicultures en circuits semi-fermés sont confrontées au problème de l'élimination permanente des matières en suspension (M.E.S.) et des substances azotées. Les procédés conventionnels utilisés pour retenir les M.E.S. (décantation, hydrocyclones, filtres mécaniques à tambour rotatif, filtration gravitaire) ne donnent par entière satisfaction. Par contre, la filtration sur membranes permet d'arrêter en totalité les particules en suspension et les bactéries.

On montre d'abord que les teneurs en M.E.S. et leurs répartitions granulométriques mesurées sur des échantillons prélevés en bassins d'aquaculture varient avec la taille des poissons et l'heure du prélèvement et on met en évidence la présence en nombre important de particules submicroniques.

Différents essais de filtration sur membranes sont ensuite présentés :

  • d'une part, avec des membranes d'ultrafiltration capillaires à peau interne utilisées en potabilisation des eaux : on examine l'influence des paramètres hydrodynamiques (pression transmembranaire, vitesse de recirculation) afin de rechercher les conditions optimales de fonctionnement. Le flux de perméat ne dépasse pas dans le meilleur des cas 100 l.h-1.m-2.
  • d'autre part, avec des membranes de microfiltration organiques planes en fluorure de polyvinylidène (PVDF) et tubulaires en céramique. Les flux obtenus avec les membranes organiques sont de l'ordre de 250 l.h-1.m-2

Dans tous les cas, la rétention des M.E.S. est totale.

Cependant l'estimation de l'investissement et des coûts de fonctionnement pour une pisciculture en circuit fermé de taille industrielle conduit à des prix trop élevés pour que l'utilisation des membranes dans ce domaine soit à ce jour économiquement envisageable.

Mots clés

Aquaculture, circuits semi-fermés, procédés à membrane, matières en suspension, ultrafiltration, microfiltration.

Correspondance

Francis Quemeneur, Laboratoire de Génie des Procédés (LGP) - ISOMER, Centre de Recherche et de Transfert de Technologie, Boulevard de l'Université, BP 406, F-44602 Saint-Nazaire Cedex, FRANCE

Courriel : francis.quemeneur@lgp.univ-nantes.fr
Téléphone : (33) (0)2.40.17.26.15 / Télécopieur : (33) (0)2.40.17.26.18

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement