English    Imprimer          Envoyer par e-mail          

Référence bibliographique

Abdesselam M., Mania J., Mudry J., Gélard J.P., Chauve P., Lami H. et C. Aigoun (2000). Arguments hydrogéochimiques en faveur de Trias évaporitique non affleurant dans le massif du Djurdjura (dorsale kabyle, élément des Maghrébides). Rev. Sci. Eau 13 (2) : 155-166.

Texte intégral (PDF)

Résumé

L'analyse des eaux pose à nouveau la question de l'importance des faciès gypso-salifères dans le Trias de la dorsale kabyle du Djurdjura. Cette dernière est un élément de l'orogène alpin périméditerranéen où le Trias est décrit comme étant formé essentiellement de grès et de pélites avec des niveaux marneux et dolomitiques. Dans les régions telliennes, plus méridionales, il est représenté par des formations marno-gypsifères de grande épaisseur (Trias tellien), en position tectonique constamment anormale. On ne rencontre généralement pas de formations évaporitiques en surface dans le massif du Djurdjura. Les analyses chimiques de la majorité des sources le confirment. Toutefois la source de Tinzert, dont l'impluvium est constitué essentiellement de calcaires montre un cortège d'éléments d'origine évaporitique (fortes teneurs en chlorures, sodium et sulfates et la présence du strontium) et plaide pour la présence de niveaux évaporitiques du Trias, à la base de l'aquifère drainé par cette source. Le rapport Sr2+/Ca2+ (en ‰) de la source de Tinzert (3 < Sr2+/Ca2+ < 8,7) qui est nettement supérieur à celui des autres sources (Sr2+/Ca2+ < 1,5) le confirme.

Mots clés

Djurdjura, Maghrebides, Evaporites, Trias, Hydrochimie, Source, Strontium.

Correspondance

J. Mudry, Équipe d'accueil " Déformation, Ecoulement, Transfert ", et Institut des Sciences et Techniques de l'Environnement, Faculté des sciences, 16 route de Gray, 25030 Besançon Cedex, FRANCE

Courriel : jacques.mudry@univ-fcomte.fr
Téléphone : +33 3 81.66.57.53 / Télécopieur : +33 3 81.66.57.94

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement