English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Daghari H et L. De Backer (2000). Transfert d'eau dans un milieu poreux non isotherme.Rev. Sci. Eau 13 (1) : 75-84.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Les transferts d'eau dans le sol sont généralement, pour des raisons de facilité, supposés se dérouler dans des conditions isothermes. Les modèles proposés couplant les transferts hydriques et thermiques se heurtent aux difficultés inhérentes à la détermination des coefficients de transfert. Disposant de l'évolution de la température, de la succion et de la teneur en eau dans les profils du sol de lysimètre, une comparaison portant sur l'importance des gradients hydriques et thermiques dans le transfert d'eau en phases liquide et vapeur a été menée. Il se dégage clairement, que dans le domaine de teneurs en eau qui intéressent l'agronome (teneur en eau supérieure à celle au point de flétrissement), l'essentiel des transferts se fait via la phase liquide. En effet, les flux dus aux gradients de teneur en eau dépassent d'au moins deux ordres de grandeur les flux induits par les gradients de température. Ce qui confirme bien la validité des équations de Darcy-Richards (DARCY, 1856; RICHARDS, 1931) où l'effet de température est négligé.

Mots clés

Diffusivités, phases liquide et vapeur, transfert de l'eau dans le sol.

Correspondance

H Daghari, Institut National Agronomique de Tunisie, 43 Avenue Charles Nicole, 1082 Tunis, TUNISIE

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement