English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Hichour M., Persin F., Sandeaux J., Molénat J. et C. Gavach (2000). Défluoruration des eaux par dialyse de Donnan et électrodialyse.Rev. Sci. Eau 12 (4) : 671-686.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Les travaux réalisés dans cette étude avaient pour objectif l'application de techniques membranaires, dialyse de Donnan et électrodialyse, au traitement d'eaux dont la teneur en fluorure est supérieure à la valeur maximale admissible. Ces deux techniques qui mettent en jeu des membranes échangeuses d'ions, se distinguent par la nature des forces motrices de transfert. Trois eaux modèles relatives à trois pays différents (Maghreb, Sénégal et France) ont été préparées et traitées sur pilotes pré-industriels. Dans tous les cas étudiés, bien que divers anions (Cl-, HCO3-, SO42-) et cations (Na+, K+, Ca2+, Mg2+) soient présents initialement dans les solutions à traiter, une concentration en fluorure conforme aux normes a pu être atteinte avec toutes les membranes testées.

L'électrodialyse qui abaisse la teneur de tous les ions présents dans l'eau, anions et cations, entraîne une déminéralisation partielle et par conséquent un adoucissement de la solution traitée. Par contre, la dialyse de Donnan, du fait de la diffusion du sel du compartiment receveur vers la solution traitée, augmente légèrement la minéralisation initiale. Cette technique qui, du point de vue énergétique, est un procédé plus économique que l'électrodialyse, semble donc plus adaptée au traitement d'eaux fluorurées à faible minéralisation.

Mots clés

Membranes échangeuses d'ions, fluorure, défluoruration, dialyse de Donnan, électrodialyse, eau.

Correspondance

F. Persin, Laboratoire des matériaux et procédés membranaires, UMR 5635, CNRS, 1919 route de Mende, 34293 Montpellier Cedex 5 FRANCE

Courriel : persin@cnrs-map.fr

English    primer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement