English    Imprimer      Envoyer par e-mail    

Référence bibliographique

Laugier C., Lang G., Mary V. et É. Parent (1999). Modélisation d'une politique d'autocontrôle sur un réseau d'eau potable. Rev. Sci. Eau 12 (1) : 201-217.

Texte intégral (PDF)

Résumé

Quel est le nombre d'échantillons à prélever pour analyse bactériologique dans un réseau de distribution d'eau potable afin réaliser un autocontrôle optimal du point de vue économique (coûts analytiques et coût des actions curatives), tout en limitant les risques de dégradation de la qualité ? Pour répondre à cette question, nous proposons un modèle probabiliste qui simule le choix de la décision curative lorsque les analyses indiquent des résultats insatisfaisants ainsi que l'effet de cette décision sur la qualité de l'eau du réseau. Les différentes actions curatives et leur efficacité ont été déterminées empiriquement à partir de l'expertise du gestionnaire du réseau de la Banlieue de Paris et des données collectées de 1992 à 1996. Le modèle s'appuie sur un schéma Markovien d'évolution du couple (Qualité de l'eau, Action curative). Par programmation dynamique, on calcule le coût moyen de la politique décisionnelle de la Banlieue de Paris et le risque généré par cette politique en terme de qualité de l'eau (fréquence des états dégradés), pour différents niveaux d'autocontrôle (nombre d'analyses d'autocontrôle). Le risque d'avoir un état dégradé diminue avec le nombre d'analyses jusqu'au seuil de 140 analyses (autocontrôle et contrôle réglementaire) puis reste quasiment constant, tandis que les coûts continuent d'augmenter.

Mots clés

Eau potable, modèle, décision, autocontrôle, gestion de système de ressources en eau, coûts de qualité, programmation dynamique, chaîne de Markov.

Correspondance

C. Laugier, Laboratoire de Gestion du Risque en Sciences de l'Eau, École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF), 19 avenue du maine, 75732 Paris Cedex 15, FRANCE

English    Imprimer          Envoyer par e-mail          


     


Mise à jour: 2006-12-20
© INRS Eau, Terre et Environnement